Modal Shift

Rail Freight Forward

Lineas est l’un de membres fondateurs de Rail Freight Forward, une alliance d’entreprises européennes de fret ferroviaire engagées à réduire drastiquement l’incidence négative du transport de marchandises sur notre planète et sur la mobilité par le biais de l’innovation et d’un mix de transport plus intelligent.

Le transport de marchandises est responsable de près de 10 % de l’ensemble des émissions de CO2 en Europe, ce qui s’explique principalement par notre énorme recours au transport routier, puisque 75 % des marchandises sont acheminées par la route. Chaque année, chaque conducteur de poids lourd passe 120 heures dans les embouteillages et la pollution de l’air et les accidents de la route causent la mort prématurée de 50 000 personnes.

Le transport de marchandises devrait connaître une croissance de 30 % d’ici 2030, ce qui correspond grosso modo à l’ensemble du marché allemand du fret ou à un million de poids lourds en plus sur les routes européennes. Si rien ne change, il aura un impact désastreux sur notre environnement et notre société.

Il y a urgence à opérer un modal shift de la route vers le chemin de fer. Le fret ferroviaire est en effet le mode de transport le plus respectueux du climat. Les faits parlent d’eux-mêmes : le transport ferroviaire émet 9 fois moins de CO2, consomme 6 fois moins d’énergie et génère une pollution de l’air 8 fois moins importante. Sans oublier qu’il offre une solution au problème de mobilité.

L’alliance Rail Freight Forward a l’ambition de porter la part modale du rail à 30 % d’ici 2030. Pour en savoir plus sur son plan d’action, consultez le site www.railfreightforward.eu.

Que doit-il se passer en Belgique ?

Le 14 décembre 2018, lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique de Katowice (Pologne), Rail Freight Forward a donné le coup d’envoi de son plan d’action visant à réduire drastiquement l’incidence négative du transport de marchandises sur notre planète et sur la mobilité. Ce plan d’action, qui expose les conditions nécessaires pour concrétiser cette transition modale, a également été détaillé au niveau national par le nouveau Belgian Rail Freight Forum, qui rassemble les entreprises de fret ferroviaire actives en Belgique.

Le Belgian Rail Freight Forum ambitionne de doubler les volumes de marchandises transportées par le rail d’ici 2030. Pour y parvenir, les entreprises entendent continuer à se concentrer sur des solutions innovantes susceptibles de concurrencer le transport routier en termes de fréquence, de fiabilité, de flexibilité, de prix et de service.

En outre, le Forum belge demande au gouvernement d’élaborer une politique des transports qui promeuve un mix modal sain avec le rail comme épine dorsale. Concrètement, les entreprises de fret ferroviaire demandent au gouvernement d’agir à trois niveaux :

  1. Le gestionnaire de l’infrastructure Infrabel doit se voir confier la mission, le mandat et les moyens de déployer et de gérer un réseau ferroviaire de haute qualité en fonction des besoins des clients et de la mobilité.
  2. Le gouvernement doit faire en sorte qu’il soit plus facile et moins cher pour les entreprises d’opter pour le transport ferroviaire. Une méthode consiste à rembourser partiellement les coûts de transbordement des camions vers les trains ainsi que les coûts pour le « first et last mile ».
  3. Le gouvernement doit prendre l’exemple sur des pays voisins comme l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et les Pays-Bas. Ces pays ont délibérément réduit de manière drastique les coûts relatifs aux sillons, à savoir les coûts dont les opérateurs s’acquittent pour l’utilisation des chemins de fer.

Si nous parvenons à doubler les volumes de marchandises transportées par le rail d’ici 2030, nous éviterons 90 000 poids lourds supplémentaires sur nos routes, soit 1,5 million de tonnes de CO2 et 2 000 tonnes de particules fines par an !

Vous trouverez de plus amples informations dans notre livre blanc http://www.railfreightforward.eu/belgium.